Vous êtes ici :

Sécheresse au Guatemala 2014

Les sécheresses, les inondations et une crise de la rouille du café en Amérique centrale ont conduit à de mauvaises récoltes, la malnutrition et la pauvreté en 2014.

Aujourd'hui, les pays sont encore aux prises avec les séquelles. Les populations les plus touchées sont celles du Guatemala. Dans ce pays, environ un tiers de la population dépend de l’agriculture. Un grand pourcentage des populations qui vivent en dessous du seuil de pauvreté sont de petits agriculteurs cultivant de la nourriture pour leurs propres besoins. Au cours des dernières années, le réchauffement climatique, et en particulier le phénomène El Niño ;les courants océaniques chauds le long de la côte Pacifique de l'Amérique du Sud mais également les pluies prolongées et les tempêtes tropicales sont de plus en plus responsables des inondations et des longues périodes de sécheresse qui ont entraîné une chute drastique des cultures désespérément attendues. En outre, la plupart des familles sont indirectement touchées par la crise de la rouille du café, dû au fait que plusieurs de leurs membres travaillent comme journaliers dans les plantations de café pour améliorer leurs revenus.

Pendant la sécheresse et la crise de la rouille du café en 2014, le gouvernement guatémaltèque a déclaré l'état d'urgence. Le manque de pluies à travers le pays a entraîné de mauvaises récoltes de 70 à 85%. Quelques 236 000 familles - environ 1,1 millions de personnes - ont été directement touchées. Les autorités nationales ont rapporté 12.200 cas de malnutrition aiguë, 216 enfants sont morts des conséquences, et 500.000 enfants de moins de 5 ans ont atteint un risque imminent de famine.

Les répercussions de la catastrophe en 2014 sont encore très ressenties. De nombreuses familles ont perdu leurs moyens de subsistance. Non seulement les récoltes de 2014 ont été détruites, mais les semences pour l'année suivante ont été elles aussi perdues ou utilisées comme aides alimentaires d'urgence. La santé et l'état nutritionnel de la population ont atteint des niveaux alarmants. Plus préoccupant encore, la population rurale n'a pas accès à des soins médicaux.

L'Amérique centrale est une des régions les plus vulnérables aux catastrophes naturelles dans le monde. Les climatologues ont averti d'autres conditions de sécheresse dans les prochaines années. action medeor est actif en particulier dans les départements de Huahuatenango, Jacaltenango et Chiquimula, où leurs emplacements dans la «ceinture aride" font d’eux l’une des zones les plus touchées par la sécheresse en 2014. En coopération avec les organisations partenaires locales telles que Menachor et UCIIS, action medeor a organisé une distribution d’aliments de base et de semences pendant la première moitié de 2015, ainsi que la fourniture de soins médicaux.




Ce site utilise des cookies pour améliorer la fonctionnalité. More information
d'accord